Chargement en cours... Chargement en cours...
Revenir en haut de la page
Castleparts
7/10

Castleparts sur Android

Développeur : Pixelpocalypse Games
Télécharger sur le Google Play Store
2.99 €
Après cinq années d’existence, l’équipe de KickMyGeek.com (composée de bénévoles) a décidé de réduire la rédaction de tests, actus et bons plans sur le site. Toutes les explications sont disponibles sur la lettre ouverte d’Olivier à l’ensemble des lecteurs.

Test de Castleparts

Construction et destruction de château !

Olivier Par Olivier - Test jeu Android publié le

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Castleparts (copie d'écran 1 sur Android)
Castleparts (copie d'écran 2 sur Android)

Très franchement, c'est l'étrangeté de Castleparts dans son concept, et une certaine envie de voir ce qui en retourne qui nous a fait télécharger ce jeu créé par le studio indépendant Pixelpocalypse Games. Et très franchement, malgré quelques défauts que l'on va pouvoir observer ci après, le jeu est bon, proposant pas mal de possibilités et d'intérêts dans sa globalité, bien que tout ne soit pas parfait, et que certains choix peuvent être critiqués. Le concept est assez simple au départ : chaque partie vous demandera de construire votre château en assemblant des formes ressemblants à celles d'un Tetris, tout en faisant attention que votre adversaire ne réussisse pas à le faire, ou en tout cas de façon moins importante que vous... en explosant sa construction !

Cette conception du gameplay permet de brosser les grandes lignes de Castleparts. Pour être plus précis, hormis dans le mode aventure où vous êtes seul sur l'écran et que vous avez un temps limité et un écran non borné pour créer le plus grand château possible en contrecarrant les ogres, magiciens, etc..., les modes principaux de ce jeu coupent l'écran de votre mobile ou tablette Android en deux, avec sur le haut votre adversaire, sur le bas votre terrain, et au milieu une rivière infranchissable. Dans un esprit stratégie en temps réel inspiré des RTS, vous devrez à la fois gérer la création de votre château en associant des formes en les faisant glisser à partir du bas de l'écran vers votre partie, et ainsi créer des parties fermées pour marquer des points, si possible avec des trésors, et en même temps jeter un œil sur votre adversaire pour l'attaquer.

Castleparts (copie d'écran 2 sur Android)

Bien sûr, vous n'aurez pas d'énergie en illimitée, et dès que vous poserez un bloc, vous piocherez dans votre jauge suivant le nombre de cube composant cette pièce, mais vous piocherez également en envoyant une bombe pour exploser les murailles adverses ou les ogres / magiciens / etc... envoyés par votre adversaire. Dans Castleparts, vous pourrez faire de même, bien que les trois pouvoirs optionnels, consommant de la même façon de l'énergie, seront associés au personnage que vous aurez choisi en début de partie. Au départ, vous n'aurez le choix que de prendre le guerrier... et les trois autres personnages ne pourront être débloqués qu'avec un achat intégré, ce qui est fort dommageable pour un jeu payant au départ, il aurait été plus judicieux de pouvoir les débloquer après un certain nombre de victoire, de partie, de défi... Ceci donne un sentiment mitigé, malheureusement, sur le jeu, alors que le principe était assez intéressant dans son esprit. En tout cas, les trois options complémentaires sont très utiles, mais coûteuses en énergie, donc à utiliser de façon efficiente !

Comme au football où le principe est de marquer un but de plus que l'adversaire, les modes solos classic et creep ou le mode multijoueur en ligne, nécessiteront d'obtenir plus de points que l'adversaire pour remporter la partie. Pour ce faire, il vous faudra réfléchir tactiquement entre l'explosion adverse pour l'empêcher d'avancer, l'explosion des créatures détruisant votre propre construction, et forcément la conception de votre bâtisse pour marquer des points. Les différents niveaux de difficultés de Castleparts permettent de s'adapter à tous les genres de joueurs, avec des nouvelles parties qui ne se ressembleront jamais. Vous apprendrez énormément par l'échec à affiner votre stratégie, même s'il reste très important d'effectuer au départ le tutoriel, pour apprendre les bases et les règles, même si ce dernier n'est pas optimisé avec les informations textuels se mettant sur l'action à effectuer, empêchant le fait de la réaliser. On peut passer outre, heureusement, mais cela reste dommage, tout comme par moment un manque de lisibilité, bien plus sur les écrans de smartphone que de tablette Android, et un menu pas très ergonomique et bien trop austère pour une interface tactile.

Castleparts (copie d'écran 6 sur Android)

Malgré ses défauts, parfois rageants et évitables, Castleparts n'en reste pas moins plutôt plaisant et agréable, avec des parties courtes, un mode Kingdom assujetti aux réussites des autres modes, et un ensemble plutôt bien pensé dans sa globalité. Le principe de construction et destruction conjointe est un point fort du titre, qui saura convaincre les fans de stratégie souhaitant un petit jeu simple et sans prétention pour des parties courtes et intenses.

Castleparts (copie d'écran 7 sur Android)
Graphismes
7/10

Il y a assez peu de diversité dans les graphismes de Castleparts, qui sont par ailleurs pas toujours très lisibles, surtout dans le tutoriel où les informations se juxtaposent à l'action. Malgré tout, l'ensemble garde une cohérence old-school attachante, et un univers tetristique bien pensé dans la conception des constructions.

Bande-son
8/10

La musique est très old-school également, avec un son avenant et sympathique, diverses mélodies, dont certaines fortement inspirés d'airs connus. Les bruitages sont quelque peu inégaux, mais l'ensemble reste cohérent et agréable au fil de vos diverses parties de construction et destruction de château.

Jouabilité
7/10

Si on excepte le tutoriel et quelques informations mal placés, l'ensemble reste globalement facile à jouer, avec une bonne ergonomie tactile dans son ensemble. Après, les menus ne sont pas toujours très pratiques à utiliser, dénaturant quelque peu la praticité du jeu qui en devient lourd, alors que pas mal d'améliorations pourraient y être apporté pour rendre l'ensemble plus facile à naviguer dans les modes et options.

Durée de vie
7/10

Plusieurs modes de jeu sont disponibles, dont deux à jouer seul avec plusieurs niveaux de difficultés, deux modes aventure avec une carte très grande, un mode multijoueur en ligne et 4 personnages (dont 3 à débloquer via un achat intégré... dommage) avec chacun leurs propres aptitudes sur le champ de bataille. Le système de jeu devient quelque peu répétitif, mais Castleparts reste intéressant sur des courtes parties sur le pouce.

Conclusion

Malgré des défauts de présentation, d'ergonomie tactile, et de gameplay répétitif, Castleparts arrive à proposer un jeu assez plaisant et rafraîchissant dans ses mécaniques, avec un système de jeu assez court, très typé casual, avec un fort esprit RTS (Real Time Strategy) qui vous demandera de la réflexion mais aussi de la rapidité d'action pour ne pas perdre. Pixelpocalypse Games n'est pas le jeu de l'année, mais il arrive à divertir de façon intéressante, avec un bon mélange de genre et d'esprit. Quelques améliorations seraient les bienvenues cependant pour le rendre plus confortable... et surtout, retirer cet achat intégré pour les personnages complémentaires alors que le titre est payant à l'origine !