Chargement en cours... Chargement en cours...
Revenir en haut de la page
White Night
8.5/10

White Night sur Android

Éditeur : Playdigious      Développeur : OSome Studio
Télécharger sur le Google Play Store
4.99 €

Test de White Night

Oserez vous franchir le seuil de la porte du manoir Vesper ?

Monkey Mike Par Monkey Mike - Test jeu Android publié le

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
White Night (copie d'écran 1 sur Android)

White Night est un jeu d’aventure horrifique de type point & click développé par OSome Studio, et édité par Playdigious, qui vous fera penser par certains aspects aux aventures d'Edward Carnby que l’on avait eu la joie, ou plutôt la terreur, de découvrir en 1992 dans le premier opus (et certainement le meilleur) d’Alone In The Dark, le tout premier survival horror de l’histoire du jeu vidéo !

Je vous rassure, White Night est bien plus beau graphiquement, mais en 1992 la découverte de son aîné avait été une sacrée claque... Dans le cas du jeu qui nous intéresse aujourd'hui, si vous recherchez des frissons, vous ne serez certainement pas déçus, car il est doté d’une réalisation visuelle et sonore qui n’aura de cesse de mettre en valeur le moindre grincement de porte, la moindre lumière vacillante, le moindre spectre dans le but de vous terroriser et vous faire sursauter : c’est tout simplement bluffant ! Si vous avez le cœur solide et que vous aimez vous faire peur, poussez les portes du manoir Vesper et venez vous perdre avec moi dans ses méandres.

White Night (copie d'écran 4 sur Android)

Dès les premières secondes de jeu, vous serez frappés par les visuels de White Night qui sont très singuliers, réalisés uniquement en noir et blanc. Ils vous transporteront rapidement dans une ambiance inquiétante, et auront pour effet d’accentuer les émotions que vous allez ressentir. Une voix off en français vous accompagnera durant toute l’introduction, la tonalité de la voix du narrateur collant parfaitement avec le personnage que vous allez incarner, sombre et déprimé... vous aurez d’ailleurs le plaisir de la réentendre régulièrement tout au long de votre aventure. Pour accompagner les crédits vous aurez droit à une magnifique chanson jazzy qui pourrait faire penser à du Björk vocalement parlant, c’est un vrai plaisir pour les oreilles.

L’histoire de White Night se déroule dans les années trente aux États Unis. Le pays est en pleine crise économique, le personnage que vous incarnez, un détective, sort d’un troquet un peu éméché. Alors que le bar ferme ses portes, on le retrouve au volant de sa voiture (en 1938 les éthylotests n’existaient pas !), une apparition en plein milieu de la chaussée le fait alors sortir de la route. Avait-il rêvé ? Était ce une hallucination ? Lorsqu'il se réveille après le choc, tout s’embrouille dans sa tête. Instinct de survie oblige, il doit tant bien que mal déplacer son corps engourdit pour trouver de l’aide. Vous débutez donc le premier chapitre de ce jeu d’aventure, cinq autres suivront par la suite.

White Night (copie d'écran 8 sur Android)

Ce premier chapitre de White Night sera consacré à la prise en main des commandes : tout est très intuitif, vous déplacez votre personnage en touchant votre écran (un double touch rapide vous permettra de le faire courir). Lorsqu'il se trouve à proximité d’un élément du décors avec lequel il peut interagir, une petite icône apparaît en haut à droite de votre écran d'appareil tactile Android, et il suffira de la toucher pour lancer l’action. Lorsque vous ramasserez un objet, il apparaîtra dans votre inventaire qui se trouve sur la partie supérieure de votre écran. Pour utiliser un élément en votre possession, rien de plus simple : si vous êtes proche d’un élément du décor avec lequel il peut être associé, une icône le représentant apparaîtra en haut à droite de votre écran, vous devrez la toucher pour activer son l’interaction.

Mais revenons à notre histoire, notre héros est un peu groggy par son accident, il doit absolument trouver de l’aide car il se retrouve en pleine nuit au milieu de nul part. Une phrase tiré de la narration résume parfaitement la situation : « Me mettre à l’abri, c’était la seule chose qui comptait... priant pour trouver un téléphone ou de l’aide... sans me demander ce qui'l advient des prières qui échouent à la mauvaise porte ». Et c'est le clap de fin d’un chapitre premier plein de promesse. Vous vous retrouvez aux portes du domaine Vesper, qui est surplombé par un immense manoir plein de charme... non je plaisante, tout y est très vétuste, même le réseau électrique fait défaut, manque de chance pour vous, la plupart du temps vous devrez vous éclairer à la lueur de la flamme d’une allumette. Heureusement, vous en avez une boite à disposition et de nombreuses autres sont disséminées dans la bâtisse. Un conseil, vérifiez régulièrement les stocks parce que lorsque votre dernière allumette s’éteindra, des halètements de panique se feront entendre et ce sera la fin... Dans de nombreuses pièces, vous trouverez des fauteuils dans lesquels vous pourrez vous reposer un instant et sauvegarder par la même occasion. Enregistrez régulièrement vos parties de White Night car la mort peut vous attendre derrière chacune des portes que vous ouvrirez.

White Night (copie d'écran 12 sur Android)

Tout au long de votre aventure vous allez en apprendre plus sur l’histoire de la famille qui vivait ici, au fil des coupures de presse, des pages de journal intime et des lettres que vous allez trouver tout au long de vos investigations. Toutes les informations que vous découvrirez dans White Night seront retranscrites dans le Boston Daily News (vous y accéderez lorsque vous avez touché l'icône de pause qui se trouve sur la partie supérieure gauche de votre écran), un excellent moyen de se rappeler des éléments majeurs de cette histoire ! Bien entendu, pour avancer dans le jeu vous devrez résoudre de nombreuses énigmes, ramasser des objets, les associer à d’autres... ces énigmes sont en général très accessibles. Je ne vous en dis pas plus pour ne surtout pas gâcher votre expérience, mais sachez que la tension va monter crescendo, et cela fait franchement froid dans le dos.

White Night est un vrai jeu d’aventure horrifique, il se différencie vraiment des survival horror à la Resident Evil, bien plus psychologique, il privilégie la réflexion à l’action, notamment lors des confrontations avec les spectres. Il ne vous servira à rien de jouer les gros bras, vous n’aurez pas la possibilité de lutter et c’est très bien comme cela. Vous devrez contourner intelligemment les problèmes au lieu de les affronter, vous mourrez certainement de nombreuses fois, et il faut reconnaître que c'est très rare dans ce type de jeu. Quoi qu'il en soit, si vous voulez des émotions fortes, n’hésitez pas une seconde à pousser les portes du manoir Vesper !

White Night (copie d'écran 16 sur Android)
Graphismes
8/10

Les graphismes font partie intégrante de l'identité forte de White Night : le manque de points de repère dus à l'obscurité ambiante pourra à certains moments compliquer votre tâche, surtout lorsque vous devrez rechercher de petits objets...

Bande-son
9/10

L'ambiance sonore est assez incroyable, la voix du narrateur, les effets sonores ne feront qu'augmenter la pression.

Jouabilité
7/10

La prise en main est rapide et les commandes sont adaptées au style de jeu. On peut cependant regretter un petit manque de précision par moment, mais cela ne gâche en rien le plaisir du jeu.

Durée de vie
8.5/10

La durée de vie est tout à fait convenable avec ses six chapitres. On pourra juste regretter les moments d'errance à rechercher son chemin, une petite carte du manoir ne serait pas non plus de trop pour se repérer dans ce dernier (avec l'emplacement des points de sauvegarde).

Conclusion

OSome Studio nous propose le grand frisson avec White Night, et c'est franchement réussi ! Malgré quelques petits soucis liés à la précision des commandes, qui ne gâche en rien l'expérience, vous prendrez plaisir à déambuler dans l'obscurité. Plus vous rentrerez dans l'intimité de la famille Vesper, plus la tension sera palpable, mais gardez votre calme... au moins jusqu'au moment ou votre dernière allumette mourra dans vos doigts...