Chargement en cours... Chargement en cours...
Revenir en haut de la page
Siege of Dragonspear
9/10

Siege of Dragonspear sur Android

Développeur : Beamdog
Télécharger sur le Google Play Store
3.99 €

Test de Siege of Dragonspear

Un RPG à l'ancienne dans l'univers de Baldur's Gate, efficace, mais pas pour tout le monde...

Olivier Par Olivier - Test jeu Android publié le

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Siege of Dragonspear (copie d'écran 1 sur Android)

Cela fait maintenant 18 années que Bioware a séduit les joueurs de RPG avec son maintenant mythique Baldur's Gate... et déjà plus de 5 ans que les développeurs du studio Beamdog nous ont proposé la possibilité de revivre ce grand classique au creux de nos mains dans une version spécifique sur mobiles et tablettes Android du nom de Baldur's Gate Enhanced Edition. La suite de ce titre a également vu le jour sur nos appareils tactiles, mais il manquait un lien réel entre les deux, les nombreux fans en redemandait encore, malgré les extensions disponibles. C'est en 2016 que la toute dernière en date, du nom de Siege of Dragonspear, est arrivé sur PC, maintenant sur nos appareils nomades ! Reste à vérifier que le portage en est digne, que l'histoire est toujours convaincante, l'ambiance épique et la saveur toujours aussi jouissive ! C'est ce que nous allons maintenant vérifier...

Comme beaucoup de joueurs, il s'avère que je considère le premier épisode de la série Baldur's Gate comme l'un des meilleurs jeux de type RPG existant, difficile d'accès pour les néophytes du fait d'une complexité d'interfaçage, surtout sur écran tactile, qui plus est sur smartphone, ayant quelque peu vieilli (même s'il a encore d'excellents restes), alors forcément Siege of Dragonspear est très attendu. Et bien, s'il fallait comparer, cette extension est exactement pareil, et à la fois différente... Oui, dit comme ça, cela pourrait paraitre étrange. Pareil car les contrôles sont identiques, l'ambiance est épique au possible, jouissive, difficile, et pas du tout à la portée de tout le monde, il faut l'avouer. Mais différent en même temps car possédant une écriture scénaristique différente, peut être plus mature, essayant réellement de faire le lien en les prémices de l'aventure et votre nouveau statut de légende de la ville de Baldur's Gate, et les événements de Shadows of Amn, le second opus, tout en changeant légèrement l'esprit du voyage, plus guidé, moins évasif, mais tout aussi dangereux et intéressant, je vous rassure.

Siege of Dragonspear (copie d'écran 4 sur Android)

Pour résumer quelque peu le scénario qui va se jouer devant vous, l'histoire débute à peine quelques semaines après que vous ayez tué Sarevok et accepté votre identité en tant qu'enfant de Bhaal... oui, les joueurs ne connaissant pas le jeu d'origine risque d'être perdue, il est donc conseillé d'y avoir joué, même si à la rigueur, ce n'est pas obligatoire totalement, vous pourrez tout de même vous amuser, au risque de passer à côté de quelques éléments scénaristiques de Siege of Dragonspear par contre. Alors que vous êtes fêté, il s'avère qu'une nouvelle menace survient dans ces contrées... Une femme avec un lien divin mène une croisade à travers la région de la Côte des Épées, que vous avez eu le loisir d'arpenter, avec pour objectif un peu fou de libérer les âmes injustement traînées en enfer par les démons... mais cela semble impossible. Ceci occasionne la mort de milliers de personnes alors que l'armée de cette Shining Lady se déchaîne à travers le pays. Vous voilà donc entraîné malgré vous dans cette nouvelle tourmente...

L'une des grosse différence de Siege of Dragonspear par rapport au premier opus de la série réside donc dans une certaine linéarité du scénario, ne laissant que peu de place à l'imprévu et aux pérégrinations diverses que les zones ouvertes de Baldur's Gate Enhanced Edition pouvaient occasionner. Tout au long de votre aventure, vous avancerez de zone en zone, d'un endroit à l'autre, sans pouvoir réellement vous perdre en chemin sur la route de la forteresse du Château de Dragonspear. Les cartes sont donc un peu plus petites, avec moins de territoire à explorer, ce qui peut laisser aux moins aguerris des joueurs une sensation de ne pas être totalement perdu et livré à soit même, ce qui n'est pas un mal. Par contre, ceci contrebalance avec une plus grande précision dans les environnements traversés, délivrant bien plus de détails et de points d'intérêt généraux à découvrir. Alors oui, on pourrait regretter l'esprit quelque peu militariste de l'avancée, laissant bien moins de place à la découverte, qui était un point très important des classiques de l'époque, mais on oubliera assez vite ce faux désagrément, permettant un changement de rythme général et un axe bien plus centré sur l'histoire, ce qui n'est pas déplaisant.

Siege of Dragonspear (copie d'écran 8 sur Android)

Malgré tout, il faut avouer que ce principe d'autoguidage (si on compare aux autres opus, bien entendu) possède tout de même un gros inconvénient que les joueurs des autres épisodes ayant passés des dizaines et dizaines d'heures dessus verront tout de suite : cela empêche de facto de pouvoir revenir sur vos pas dès lors où vous aurez franchi certains passages du scénario, rendant plusieurs quêtes secondaires impossibles à terminer, perdant donc le bénéfice du gain de ces dernières... Mais en fait, c'est presque une occasion de moderniser strong>Siege of Dragonspear par rapport aux autres, de le porter sur l'histoire et l'action, avec bien plus d'ennemis et de combats réguliers, et une difficulté croissante assez coriace. Le but ici est de raconter une histoire pleine de danger, et de vous faire ressentir ce dernier, de ne pas vous laisser vagabonder sans but, car le danger est là, et on vous attend comme sauveur. En ce sens, le choix du studio dans la création de cette extension, sorte de trait d'union, est totalement louable, et on s'y accommode sans souci.

Pour permettre une expérience de jeu semblable au titre d'origine, Siege of Dragonspear a été conçu avec le moteur Infinity, certes amélioré depuis, créé par Bioware à l'origine. Les améliorations permettent ainsi de proposer des lieux plus détaillés, mais surtout un changement majeur dans la série, déjà évoqué précédemment : le nombre de personnage à afficher sur l'écran ! Si les combats des opus précédents ne permettaient pas de visualiser une foule de vils créatures à combattre, c'était surtout du fait des limites techniques. Ici, vous aurez parfois des centaines de personnages à l'écran, avec chacun leurs propres mouvements, rendant les scènes de combats bien plus épiques contre une foule d'adversaire, et donc plus difficiles. Les cinématiques sont également plus travaillés, avec des foules immenses, avec même quelques batailles réellement ambitieuses qui n'auraient absolument pas été possibles à la fin des années 90. Cela permet ainsi de souffler un air nouveau sur la franchise, tout en conservant l'esprit grâce à une réalisation graphique (avec de magnifiques changements atmosphériques) et phonique très proche... et surtout la bande son totalement épique par moment !

Siege of Dragonspear (copie d'écran 12 sur Android)

Mais comme dit plus haut, il est clair que Siege of Dragonspear n'est pas un jeu facile d'accès. L'interface de commande est complexe à appréhender pour les néophytes, alors que les joueurs des deux précédents opus retrouveront aisément leurs réflexes. C'est une sorte de jeu de RPG quelque peu élitiste, qui en laissera beaucoup sur le côté. Heureusement, cette extension dispose de plusieurs niveaux de difficulté, partant d'une simplicité déroutante où vous ne pouvez absolument pas mourir (ce qui est dommage, on perd le sens du jeu) et tout est guidé / indiqué, jusqu'à un niveau quasi insoutenable où la moindre erreur stratégique dans le choix de votre équipement ou positionnement sera impardonnable. Ceci permet ainsi de s'adapter à tous les niveaux de joueurs qui voudront bien s'acharner dans les temples, les forteresses, grottes, etc... partir en quête d'une peau d'ours pour du gain d'expérience... chercher à récolter de l'or à tout prix pour mieux s'équiper... et qui pourront même le faire à plusieurs grâce à l'ajout du mode multijoueur permettant de se lancer dans la très grosse trentaine d'heure de périple à plusieurs, ce qui est encore plus intéressant.

Il est clair que Siege of Dragonspear ne donnera pas envie aux joueurs rebutés par le monde des RPG, du médiéval-fantastique et de l'esprit Dungeons & Dragons, de se lancer dans l'aventure, et il ne faudrait d'ailleurs pas, ils risqueraient de détester encore plus. Mais si vous avez adoré, ou même uniquement apprécié les autres titres que le studio Beamdog a glorieusement porté sur mobile et tablette Android, comme par exemple Planescape: Torment, il est clair que vous ne pouvez absolument pas passer à côté de celui-ci. En même temps que de vous lancer dans un périple épique et prenant, sans réel temps mort, sans creux, et sans lourdeur scénaristique, vous pourrez comprendre ce qui permet de faire la liaison entre les deux opus de la série Baldur's Gate. En tout cas, nous, on adore, mais ça, c'était (presque) inévitable !

Siege of Dragonspear (copie d'écran 16 sur Android)
Graphismes
9/10

Restant dans l'esprit de Baldur's Gate Enhanced Edition dans les graphismes, même au niveau de l'interface, les environnements sont pour autant plus détaillés, même si on perd l'esprit monde vaste ouvert. L'utilisation du même moteur graphique que le jeu d'origine permet de ressentir les mêmes impressions, même s'il a été amélioré, notamment dans les combats aux multiples guerriers !

Bande-son
9/10

Une sonorité pleine de puissance, dans le pur esprit des grands classiques des jeux de type RPG, dont les dialogues sont pratiquement intégralement doublés, uniquement en en anglais par contre. L'ambiance est très immersive, et malgré un taux de compression parfois un peu trop important qui essouffle quelque peu les bruitages, l'ensemble est de très grande qualité !

Jouabilité
8/10

Comme pour les autres titres du studio, ce portage tactile est efficace sur tablette, malgré une interface un peu trop fournie issue de l'univers PC, mais reste délicat sur téléphone, avec d'une part des textes très petits à lire (heureusement des boutons à gauche de l'écran apparaissent pour aider à la sélection dans les dialogues), et quelques imprécisions lors de la sélection d'objet ou de personnage du fait d'un affichage petit... mais l'ensemble reste jouable tout de même, surtout avec le zoom !

Durée de vie
9.5/10

Cette extension de Baldur's Gate Enhanced Edition propose un peu plus d'une trentaine d'heure de jeu, plus ou moins suivant vos habitudes et votre envie de pousser le titre dans ses retranchements ! Les fans de RPG apprécieront cette aventure profonde et complète dans un univers fantastique qui ne leur est pas étranger, avec même une personnalisation du personnage et de la difficulté globale assez impressionnante ! Qui plus est, le jeu est jouable en multijoueur.

Conclusion

Si l'esprit de Siege of Dragonspear rappellera d'excellents souvenirs aux fans de la série Baldur's Gate Enhanced Edition, cette extension a l'intérêt de se placer entre les deux épisodes de la série mythique dans les jeux de type RPG, apportant un grand intérêt scénaristique. Malheureusement, ce jeu réalisé de main de maître par Beamdog n'est toujours pas simple d'accès, ce qui rebutera les néophytes. Par contre, si vous êtes un passionné, comme nous, alors vous ne pourrez qu'apprécier cet opus qui trouvera une place de choix dans votre catalogue, apportant un esprit très classique mais tellement efficace, bien pensé, bien mené, et bien écrit, que vous ne pourrez pas passer outre. Dommage que le jeu ne soit pour le moment pas disponible en français par contre... Reste à savoir si vous parviendrez au Château de Dragonspear en vie ?