Chargement en cours... Chargement en cours...
Revenir en haut de la page
Après cinq années d’existence, l’équipe de KickMyGeek.com (composée de bénévoles) a décidé de réduire la rédaction de tests, actus et bons plans sur le site. Toutes les explications sont disponibles sur la lettre ouverte d’Olivier à l’ensemble des lecteurs.

Interview Interview de Ian Livingstone, l'auteur derrière Fighting Fantasy Legends Portal sur iOS et Android !

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Ian Livingstone réalisée par KickMyGeek.

Olivier Par - Actualité publiée le mardi 02 octobre 2018 à 07:29

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google Plus
Ian Livingstone

C'est au début de l'été qu'est sortie sur l'AppStore et le Google Play Store l'excellent jeu narratif Fighting Fantasy Legends Portal qui a été tiré des excellents romans dont vous êtes le héros Le Labyrinthe de la Mort, L'épreuve des Champions et Les Sombres Cohortes, rédigés par Ian Livingstone. Dans le cadre d'une interview sur le magazine numéro 2, nous avons pu poser nos questions à cet auteur mondialement connu... Seulement, le numéro 2 ne verra pas le jour, alors nous vous proposons cette interview ici. Voici ci-dessous l'intégralité de l'interview :

KMG le Mag : Après des études de gestion et le début d'une carrière dans ce domaine, vous avez opéré un changement radical pour vous lancer dans le monde du jeu de rôle, de l'écriture et du jeu vidéo. Quel a été pour vous le moteur de cette évolution de carrière ?
Ian Livingstone : C'est mon amour des jeux de société qui m'a mené dans l'industrie du jeu. J'ai co-fondé Games Worshop avec Steve Jackson en 1975, lancé Donjons et Dragons en Europe, le magazine White Dwarf et Citadel Miniatures. En 1982, Steve Jackson et moi avons co-écrit The Warlock of Firetop Mountain, le premier livre dans la série Fighting Fantasy qui a été vendue à près de 20 d'exemplaires dans le monde. Je suis passé de l'analogique au digital en 1995 quand je suis devenu président exécutif d'Eidos, en publiant des jeux vidéo comme Lara Croft : Tom Raider. Aujourd'hui je suis directeur du groupe Sumo plc qui développe des jeux comme Little Big Planet, et je suis conseiller de neuf sociétés de jeux indiennes qui développent des jeux mobiles. Les jeux vidéo sont des divertissements de masse ce qui est socialement, culturellement et économiquement important.


KMG le Mag : Vous êtes le père, avec Steve Jackson, de la série " Fighting Fantasy ", livres à succès dans les années 80. Comment l'envie d'écrire à 4 mains " The Warlock of Firetop Mountain " est elle venue ? Qu'est ce qui a été le plus compliqué ? Le plus facile ?
Ian Livingstone : Ecrire " The Warlock of Firetop Mountain " a été très difficile pour plusieurs raisons. Premièrement, c'était un nouveau concept ; le premier livre avec une partie récit et un système de jeu rattaché. Deuxièmement, nous avons dû concevoir un système de jeu qui n'était pas trop compliqué et travaillé dans un format livre. Troisièmement, nous avons dû écrire une palpitante aventure fantastique avec des choix et des fins multiples. Quatrièmement, nous avons dû partager les tâches pour le faire. J'ai écrit la première moitié du livre jusqu'à la rivière et Steve a écrit la deuxième moitié. Nous avons alors dû nous assurer qu'il n'y avait pas d'impasse, que le jeu et l'économie étaient équilibrés, que le livre était stimulant et que les choix étaient les bons. C'était un défi. La chose la plus facile a été de remettre le manuscrit final à notre éditeur Penguin Books !


KMG le Mag : Depuis l'avènement des supports tactiles, bon nombre de portage de vos oeuvres ont vu le jour. Comment voyez vous ce regain d'intérêt pour les " Livres dont vous êtes le Héros " ?
Ian Livingstone : Les jeux vidéo créent de l'intérêt pour les livres et les livres créent de l'intérêt pour les jeux - ce n'est pas une question de soit/ou. Mais les jeux et les applications amènent l'expérience Fighting Fantasy vers un nouveau public. Cela a été génial de voir Fighting Fantasy en version digitale. Deathtrap Dungeon était d'abord disponible sur PlayStation en 1998, et 20 ans plus tard c'est génial de voir une nouvelle version sur mobile et PC développé par Nomad Games et publié par Asmodee Digital. Le portail Fighting Fantasy Legends permet aux joueurs d'expérimenter la trilogie de Deathrap Dungeon d'une manière nouvelle et excitante.


KMG le Mag : Quel est pour vous l'élément le plus important que doit posséder un portage de l'une de vos oeuvres sur un écran tactile ? Donnez vous à chaque fois votre accord ou vos conseils dès qu'un tel portage est réalisé ?
Ian Livingstone : L'expérience de l'écran tactile donne au joueur une riche expérience visuelle, mais pour moi la chose la plus importante est qu'elle enthousiasme et propose des défis au joueur de la même façon que le livre. J'ai donné de nombreux conseils et recommandations durant le développement et également mon accord quand il fut complet. Cela a été génial de travailler avec Nomad Games sur le projet étant donné qu'ils étaient fans du livre et ont fait un travail parfait en restant fidèle à l'essence même de Fighting Fantasy et en l'adaptant au public actuel.


KMG le Mag : Vous avez travaillé de très nombreuses années dans le monde des jeux vidéo. Quel est pour vous le futur de cet univers qui draine de plus en plus d'argent et qui accompagne tout un chacun dans sa vie quotidienne ? Quel est votre regard sur le jeu mobile ? Êtes vous vous même joueur ? Si oui, vers quel type de jeu vous tournez vous volontiers ?
Ian Livingstone : Je suis un joueur invétéré ! Je possède une collection de 1000 jeux de société et une grande collection de jeux vidéo. Mes préférences sont les jeux de stratégie. Je joue aussi à de nombreux jeux mobiles. Les développeurs indiens permettent de jouer de manière tellement créative et originale. Les jeux mobiles ont été appréciés par les personnes qui n'ont jamais joué de leur vie. Les gens dépensent de l'argent pour les jeux parce qu'ils le veulent - personne de les force. Seulement 5% des personnes dépensent de l'argent pour çà - l'achat d'applications prêtes à jouer, mais proportionnellement, cela représente encore beaucoup de personnes - et beaucoup d'argent. L'avenir est très passionnant car la technologie stimule l'innovation. De nouvelles plates formes et de nouvelles façons de jouer changent constamment le paysage. Les jeux sont aussi devenus un spectacle sportif avec des millions de personnes que regardent le e-sport joué en direct dans de vastes arènes. 2,2 milliards de personnes jouent aux jeux vidéo dans le monde. C'est le divertissement de cette génération. Génial !


KMG le Mag : Vous avez bercé la jeunesse de très nombreux adolescents dans les années 80. La nouvelle génération découvre votre travaille à nouveau, d'une façon bien différente qu'à l'origine. Comment voyez vous l'évolution de votre oeuvre dans le futur ?
Ian Livingstone : Comme les français le disent si bien : " plus çà change, plus c'est la même ". Tandis que la nouvelle génération peut prendre plaisir avec Fighting Fantasy sur les plates formes digitales grâce à Nomad Games et Asmodee Digital, les livres sont encore imprimés grâce à Scholastic en Grande Bretagne et Gallimard en France. Je suis très fier qu'après 35 ans, ils soient encore adaptés au public d'aujourd'hui. Mais les graphismes et les animations offrent une nouvelle dimension à l'expérience, et je vois que Fighting Fantasy est développé pour la réalité virtuelle et la réalité augmentée, et peut être pour une grosse production de console vidéo, et probablement en utilisant des hauts-parleurs intelligents tout comme Amazon marque le point avec les aventures audio interactives par le biais d'Alexa. Un jour j'aimerais également voir un film d'action basé sur un de mes livres. Il y a un super scénario pour Deathtrap Dungeon actuellement à l'étude par différentes sociétés de production. Cela serait fantastique !


Nous tenons à remercier Marion Boulesteix de l'agence Minuit Douze pour nous avoir donné la possibilité d'interviewer Ian Livingstone.